Portrait du Dr Eudes Ménager de Froberville

Le 14/03/2016
Eudes MENAGER de FROBERVILLE, vous êtes médecin neurologue, vous exercez à l'Hôpital Saint- Antoine mais vous êtes depuis plusieurs années un entrepreneur en e-santé en développant des applications mobiles ou des serious games... Comment vous est venue cette envie d'entreprendre et d'innover et quel regard portez-vous sur vos confrères par rapport à la transformation numérique de la santé ?

Depuis tout petit, j'aime imaginer les choses, les créer. Je suis surtout hyperactif et de nature plutôt curieuse. Très tôt j'ai été dans l'innovation, je tiens peut-être un peu de mon défunt père qui était ingénieur. J'ai moi-même initié un double cursus pendant mes études de médecine, avec une maîtrise en mécanique des fluides. Mais il fallait faire des choix et comme j'aime soigner et aider mes prochains, quand ils sont réceptifs, j'ai choisi la médecine qui me semblait être plus en phase avec mon sens de la vie.
Mais le soin à ses limites et est usant surtout quand vous travaillez en soins intensifs. Et lorsque vous passez un tiers de vos nuits à l'hôpital et que vous devez prendre seul une décision vitale dans les 30 minutes, cela peut parfois peser sur votre quotidien, il faut une échappatoire. Pour ma santé mentale, j'ai de la sorte toujours diversifié mes activités. Il fallait un exutoire. De plus je ne considère pas que la vie a du sens sans que l'on puisse s'amuser, prendre du plaisir. L'innovation et les nouvelles technologies en santé, d’une part, et les jeux vidéo, d’autre part, étaient parfaits pour répondre à tout cela. Je retournais dans mon bac à sable...
 
Mon regard est bienveillant vis-à-vis de mes confrères et consœurs (elles sont de plus en plus nombreuses, et bien meilleures que nous, les hommes). Effectivement je pense que j'ai un profil particulier, et je ne peux comparer ce qui ne l'est pas. Mon parcours et mes expériences, ma diversité, je ne les dois qu'à moi-même. La santé n'offre pas spontanément aux professionnels cette diversité et cette envie de créer si vous-même ne l'avez pas au fond de vous. Le cursus n'est pas prévu pour cela et je suis hors des clous, par rapport à cela. 
 
Je pense néanmoins qu'il manque évidemment des formations intermédiaires sur le sujet, cela devient urgent. C'est notamment dans cet esprit que j'ai aidé à la mise en place à l'UPEC (Paris 12) d’un projet d'ingénierie dans les métiers de la santé. Mais il n'existe pas de formation proprement dite pour les professionnels de santé dans leur cursus. Je ne parle pas des DU ou DIU qui existent mais qui sont avant tout élitistes et extrêmement chers pour des étudiants ou des internes qui souhaiteraient s'intéresser à ces sujets. 
 
Pourquoi devrait-on s'y intéresser ? Parce que la transformation va vite et le changement est difficile, or j'ai aujourd'hui 9 ans d'expérience dans le suivi de projets en télémédecine, et la conduite du changement, si elle n'est pas simple, est souvent la cause de l'échec des projets mis en place. L'appropriation des nouvelles technologies peut être difficile. Si les médecins ou les professionnels ne sont pas au cœur des projets, les projets ne répondent pas à leur mode de fonctionnement, et les outils ne sont pas utilisés, ou bien mettent beaucoup de temps à l'être, sous la contrainte... ce qui n'est pas très bon.

Selon vous, quelle place peut/doit avoir le professionnel de santé dans le développement de la e-santé ? et comment peut-il y contribuer ?

Un certain nombre de jeunes, et notamment des internes, qui ont plus baigné que moi quand ils étaient petits dans les technologies, commencent à émerger. Il faudrait les aider à se structurer, le management et la gestion d'une entreprise sont des notions peu connues des médecins, du moins mal maîtrisées et non enseignées. Par ailleurs certains se font voler leurs bonnes idées parce qu'ils ne connaissent pas la voracité de certains prédateurs. Ils manquent d'accompagnement et de formations pratiques ; ils doivent être prudents en protégeant leur potentielle pépite. Quand je parle de formation et d'accompagnement, je ne parle pas forcément de formation faite par des académiques, mais bien sûr réalisées par des personnes ayant déjà mis les mains dans le cambouis de l'entreprise ou du conseil et qui connaissent les manettes pour s'engager dans le monde du business. Une formation qui peut être mise en place par des hospitalo-universitaires.

Enfin, quels conseils pourriez-vous donner à vos confrères qui aimeraient entreprendre en e-santé ?

Lancez-vous et faites, mais ne soyez pas naïfs. Mais n'attendez pas que l'on vienne vers vous, faites-vous connaître.
Vérifiez ce que vous avancez (état de l'art), préparez-vous (rédigez votre cahier des charges) et prenez le temps de vous faire aider (CCI, INPI, pôle de compétitivité, réseau des entrepreneurs...).

Les derniers articles